SAN JOSÉ – Le retour 2 (du 02/03/2016 au 04/03/2016)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

C’est bon ! J’ai trouvé une option plus efficace qu’à l’aller pour rejoindre San José, sans être pour autant trop chère : un bus qui passe par Playa Santa Teresa, à 6h00, qui fait la traversée en ferry, et qui continue sa route jusqu’à San José. Ouf !

Et aujourd’hui, je récupère mes parents ! Enfin, ce sont plutôt eux qui me retrouvent à l’hôtel qu’ils ont réservé.
3 semaines sans dortoir, ça va faire du bien. Non pas que les dortoirs me dérangent. En plus, ça permet de faire des rencontres, mais c’est sympa de varier.
Bon, ce n’est quand même pas la seule chose positive à l’arrivée de mes parents. Nous allons voyager 3 semaines ensemble autour des volcans, puis de la péninsule d’Osa, mais vous lirez tout cela au fil des jours.

Pour le moment, nous restons 2 jours à San José.

J’ai entendu différentes choses au sujet de San José : ‘Il n’y a rien à faire’, ‘C’est dangereux’, ‘C’est moche’, ‘Il faut y rester quelques jours pour s’imprégner de l’ambiance’.
A mon tour de me faire mon avis sur cette ville. Certes, j’y suis déjà passée lors de mon séjour,  mais je n’ai pas visité.
L’épisode du short en ville n’était pas dangereux, juste un peu désagréable et le street art ne fait pas d’une ville un coupe-gorge. C’est comme dans beaucoup d’endroits, quand on est touriste et qu’on se promène avec l’appareil photo autour du cou, le risque de vol augmente, pour exemple Les Champs Elysées. Alors voici, après 2 jours dans cette grande ville, mon ressenti. Encore une fois, c’est très personnel, vous pourriez vivre les choses totalement différemment.

Il n’y a rien à faire à San José ? Tout dépend de ce que l’on recherche. Moi, je suis bien contente de cette petite pause culturelle.
Le Musée de l’or, gardé par de grosses portes blindées, est passionnant ; le Musée national propose quelques expositions temporaires (actuellement sur les animaux préhistoriques locaux), quelques informations concernant la fin de l’armée au Costa Rica, encore un peu d’or et des informations sur la periode précolombienne ; le théâtre national du Costa Rica, au riche décor, nous a permis d’assister à un concert de musique classique donné par l’orchestre national du Costa Rica et un pianiste ukrainien ; des statues et sculptures en tous genres sont exposées un peu partout dans la partie touristique de la ville ; l’alliance française propose quelques concerts et expositions (une grosse pensée pour @Cec au moment où le gardien nous a demandé si nous étions français et nous a autorisé à visiter)…
Puis il y a également le marché central qui se situe dans une halle couverte et est a priori ouvert tous les jours. Ses allées sont remplies de vendeurs de fruits et légumes,  de viandes, de fromages (pas les mêmes que chez nous), d’herbes et plantes thérapeutiques, de quelques animaleries et de petites échoppes pour déjeuner. Certaines racolent les touristes, d’autres voient leur comptoir occupé par des costariciens. Ce sont celles-ci que nous choisirons pour nos 2 déjeuners.
Et n’oublions pas, la preuve majeure que San José est une grande ville plutôt développée : elle possède même un quartier chinois, avec ses arches qui délimitent habituellement les extrémités d’une rue aux multiples restaurants. Ici, la rue est vraiment courte, mais elle est bien là !

San José est dangereux ? Bon, je ne vais pas vous dire que je n’ai pas été vigilante, ne serait-ce parce que, comme tout le monde dit que c’est dangereux, l’idée a pénétré insidieusement dans ma tête. Mais m’est-il arrivé quelque chose ? N’ai-je vraiment eu à craindre quelqu’un à un instant ? Non… Et nous avons même trouvé des gens pour nous aider lorsque nous en avions besoin ou simplement pour nous conseiller un itinéraire. Et vous savez quoi ? Ô surprise ! Nous avions toujours notre argent dans les poches !
Oui, je suis moqueuse sur ce point.
Je ne pense pas que l’on puisse se promener n’importe où, à n’importe quelle heure, avec des signes de richesse ostentatoires. Je ne pense pas non plus que ‘cela ne puisse arriver qu’aux autres’. Mais je me dis qu’en étant plutôt attentif et avec quelques précautions d’usage, on suscite moins l’envie et on limite les risques.
J’espère que l’avenir continuera de me donner raison.

San José, c’est moche ? Je n’en ai vu qu’une toute petite partie, mais je ne vous dirais pas que j’ai trouvé que San José est une jolie ville. Ce serait mentir. La pollution laisse ses traces sur la couleurs des bâtiments et les ‘beaux bâtiments’, selon mes critères parisiens, sont assez peu nombreux.

‘Il faut y rester quelques jours pour s’imprégner de l’ambiance’ ? C’est probable. Mais notre programme qui nous laissait 2 jours à San José, m’a satisfaite. Etant à la recherche de nature, de calme et attendant de voir les volcans depuis 2 semaines, j’ai hâte de prendre la route ! Mais je pense qu’il y a effectivement bien d’autres choses dont il est possible de profiter à San José.

En synthèse, pour moi, San José, c’est une grande ville, avec son lot de pollution, d’embouteillages, de personnes contraintes de mendier pour survivre, ses quelques musées intéressants, ses places où il fait bon se poser à l’ombre, sa vie animée en journée, ses marchés, ses petites boutiques de rue, ses animations culturelles. Une ville qui vit…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s