UNE PREMIERE JOURNEE HESITANTE (09/01/2016)

Mon avion atterrissant tard, j’avais choisi un backpackers pas trop loin de l’aéroport. Le hic, c’est que c’est un peu perdu au milieu de nulle part et qu’il y a un bus par heure.
Je viens de le louper.
Côté positif : ça me laisse le temps de prendre mon petit déjeuner au milieu des fraises fraîchement cueillies. C’est un mélange de genres : une exploitation agricole, sur laquelle des fruits et légumes sont vendus et un stand, qui fait des pancakes et des ‘iced chocolates’.
Les pancakes sont chauds, moelleux, énormes, avec du sirop d’érable, deux boules de glace, du chocolat chaud et des fraises. Le chocolat glacé est plein de crème chantilly et de glace.
Je comprends tout de suite que je ne pourrai pas tout manger et boire. Lorsque j’ai commandé,  je pensais que les pancakes avaient une taille de gros blinis et qu’il fallait choisir un seul accompagnement et je n’avais pas imaginé que le chocolat glacé serait un milkshake…

Le ventre plein, j’attaque mon périple pour récupérer la voiture louée.
Il faut le savoir, sorti du centre d’Auckland, la ville est mal, très mal desservie par les transports en commun. Et je ne trouve pas de WiFi pour me repérer lorsque je me perds en marchant.
Mais je finis par récupérer la voiture. J’avais réservé la ‘bargain’ de chez Bargain, et… j’ai eu THE bargain. Il faudrait que je regarde de quand date la voiture, mais je n’avais jamais vu une voiture aussi dégradée à la location (la peinture rouge s’écaille de partout, je n’ai pas de plage arrière pour masquer le contenu du coffre, pas de contrôle centralisé des portes,…).
Côté positif : je peux enfin poser mon sac à dos et malgré l’état extérieur de la voiture, elle roule et je pense que la mécanique fonctionne.

Je peux enfin prendre  la route et… me perdre. Je commence à fatiguer de ce début de journée, déjà bien avancée  (il est 13h30).
Côté positif : je finis par atterrir en centre ville, je trouve une place facilement et je peux retirer de l’argent dans ‘ma’ banque. Pas de frais supplémentaires !

Je reprends la route après avoir détaillé le plan.
Je file vers le nord. Vers le nord-ouest plus exactement, parce que j’ai loupé la sortie pour le nord-est.
Côté positif : cela me permet de trouver un supermarché dans lequel je peux faire mes courses alimentaires.

[Aparté : j’avoue que sur le moment, je n’avais pas conscience de tous ces points positifs ;)]

Je continue ma route et je suis ‘Shelly Beach’. Plus j’avance, plus je me dis que c’est loin de tout et plus je visualise le camping du bout du monde en bord de plage.
Yes yes yes, il y a bien un camping…. mais no no no, les tentes ne sont pas autorisées… (seuls les camping-cars peuvent y rester).
J’obtiens l’adresse d’un camping vers lequel je me dirige, parce que là, je suis vraiment fatiguée.

Il est déjà 18h45 quand j’arrive au camping, et je sais tout de suite que ma soirée  sera sauvée : j’ai une place, le camping n’est pas cher, douche chaude, piscine à 39 degrés juste à côté du camping dans laquelle je vais me délasser, des voisins qui me proposent de passer la soirée avec eux et m’offrent à boire, des discussions (qui nous permettent d’en apprendre plus sur les drapeaux néo-zélandais et français), de nouvelles coordonnées en NZ en cas de besoin, des suggestions pour les jours à venir, et même pour le Pérou…
Et une bonne nuit de sommeil !

Une réponse sur « UNE PREMIERE JOURNEE HESITANTE (09/01/2016) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s