LE DESERT DE TATACOA (du 09/09/2016 au 10/09/2016)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après une journée dédiée au transport, j’arrive de nuit dans le désert de Tatacoa.
D’ailleurs, ce désert n’en est en réalité pas vraiment un. Ses étendues sont désertiques, on y trouve des cactus et des épineux bien secs, mais il s’agit en fait d’une forêt sèche.
Rouge d’un côté, gris de l’autre, le paysage s’étend à perte de vue.
 ..
Normalement, le soleil y brille et il y fait extrêmement chaud, beaucoup trop chaud.
Mais, avantage ou inconvénient selon les personnes, j’ai plutôt eu droit à un peu de pluie et une belle tempête de vent soulevant la poussière. Pas agréable pour manger, mais beaucoup plus supportable que la météo habituelle.
Toutefois, l’endroit est réputé pour ses nuits étoilées et je n’ai pas pu en profiter, le ciel étant couvert.
 ..
Différentes options sont possibles pour visiter le désert : à pied, à cheval, en vélo, en scooter. L’hôtel où je dors loue tous ces types de véhicules à l’heure, y compris les chevaux, sans accompagnement. Il propose également des tours.
 ..
Je choisis de partir à cheval, mais avec un guide bien sûr ! D’abord parce que je ne suis pas suffisamment à l’aise à cheval pour partir seule, mais également parce qu’il semble facile de se perdre dans la partie grise du désert, à moins de rester sur la route, ce qui manque d’intérêt.
Cette promenade fut un vrai plaisir. Carnaval, ‘mon’ cheval, qui aurait pourtant pu m’en faire voir de toutes les couleurs vu son nom, m’a obéit parfaitement, me laissant le plaisir de passer en tête, de lui demander des arrêts ou des allures différentes de celles du guide, me permettant de profiter du paysage au rythme qui me convenait.
Après avoir parcouru la partie grise, nous faisons une pause dans l’une des piscines ‘naturelles’, qui n’ont de naturelle que l’eau qui y coule (cf. photo) et la vue qu’elles offrent. Puis, nous repartons par la route afin d’observer des formations géologiques en forme de tortue, de crocodiles ou d’iguane. Personnes trop rationnelles, n’aimant pas l’art abstrait ou ayant perdu leur imaginaire d’enfant, passez votre route : il faut un peu d’imagination pour identifier certaines d’entre elles.
Nous rejoignons finalement les hauteurs du désert rouge. Magnifique.
Puis nous revenons à l’hôtel après presque 4 heures de promenades, juste avant que le vent ne se déchaîne.
 ..
Un peu plus tard, malgré la pluie qui vient, qui va, je pars me promener à pied cette fois-ci, dans le désert rouge. Je me dis qu’au moins, mes photos sans luminosité de ce désert ne seront pas communes.
Je profite de la solitude, des cactus en fleurs, des nuances de rouge plus ou moins intense. Puis je rejoins le haut du canyon par un chemin improbable.
 ..
A part le décor, ce fut également pour moi l’occasion d’essayer les nuits en hamac. Je trouve cela tellement confortable pour une petite sieste… mais finalement, je n’ai pas le même ressenti pour la nuit. Un matelas, même mon petit matelas de camping, me paraît plus confortable pour de longues heures de sommeil. Ceci dit, le fait d’être en extérieur est tellement agréable que cela compense et que je recommencerais volontiers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s