GRANADA (du 27/03/2016 au 02/03/2016) – ou ‘La ciudad where all las palabras se mélangent’

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je n’avais pas prévu cela. Non, vraiment pas. Enfin, si, un peu. Mais j’avais quasiment fait une croix dessus.
De quoi je parle ? De cours d’espagnol.
Mais commençons par le commencement.

Quand j’arrive à Granada, j’ai l’impression d’arriver à Cuba.
Toutes ces maisons aux façades colorées ; les habitants assis sur des chaises sur le pas de leur porte ou dans un rocking-chair devant leur télé, derrière des grilles dignes de l’architecture coloniale espagnole, toutes fenêtres ouvertes ; la musique qui se dégage des restaurants ; les églises et bâtiments rénovés au style espagnol ; d’autres églises et bâtiments délabrés ; les rues parfois embouteillées où de vieilles voitures et des charrettes tirées par des chevaux (spéciale dedicace @Fatima) se partagent l’espace ; la chaleur, celle due à  la température élevée et celle qui se dégage des gens que je croise.
Très vite, je me sens à l’aise dans cette ville, qui me semble moins ‘corrompue’ par le tourisme que les villes que j’ai pu visiter au Costa Rica.
Ne vous méprenez pas, si vous venez à Granada, vous trouverez des ‘tours opérateurs’ à tous les coins de rue, beaucoup de restaurants et de boutiques pour touristes… mais je ne sais pas vous expliquer pourquoi je me sens très vite à l’aise ici.
Et après une semaine, j’ai déjà mes petites habitudes : mes 4 heures quotidiennes de cours d’espagnol, un petit bonjour, en passant, au français qui tient une échoppe de jus de fruits et petit-déjeuners (j’ai d’ailleurs pu y manger un pain au chocolat, loin d’être bon, mais après 4 mois loin de la France, c’était agréable) ; un passage par la boulangerie, qui fait de ‘vraies baguettes’ et un cake au chocolat qui comble un peu mon manque de chocolat ; le Garden Cafe où j’aime aller me poser après mes cours pour profiter de la terrasse ombragée et travailler au calme ; une petite tentative de discussion quotidienne en espagnol avec les personnes qui tiennent l’auberge de jeunesse dans laquelle j’ai posé mon sac et qui me permet de constater mes progrès ; mes devoirs, souvent faits tardivement, le partage de nos expériences respectives avec les personnes qui restent à l’auberge…
Au delà de ces habitudes, il y a également les discussions impromptues dans la rue et les restaurants. Elles aussi me permettent de constater mes progrès en espagnol. Et, bien que ce soit encore assez difficile, chaque jour je peux ajouter des nouveaux mots à des phrases de mieux en mieux construites.
La où ça devient marrant, c’est quand au même moment, à l’auberge, je parle en français avec un  belges, en anglais avec une fille de Singapour et en espagnol avec la dame qui s’occupe du ménage. Tout se mélange. Comme m’a dit @Débo, ‘tu vas devenir comme Arnold Shwarzenegger’… et elle ne parlait pas des épaules.

Et finalement, à part vivre au quotidien, qu’ai-je vu de la région ? Beaucoup et peu.

  • La laguna de Apoyo, beau lac d’origine volcanique parfait pour se baigner,
  • Le marché de Masaya, immense, avec son coin d’artisanat local, celui pour les vêtements ou encore celui pour la nourriture et ses piñatas géantes (j’en veux une pour mon anniversaire !),
  • Un tour en kayak à Las Isletas, avec un magnifique coucher de soleil sur le lac Nicaragua et la ville de Granada en toile de fond,
  • Et le must : un tour nocturne au volcan Masaya.
Le volcan étant assez actif actuellement, le parc national dans lequel il se trouve est fermé. Impossible d’y accéder. Sauf qu’à l’auberge, on me parle du cousin de la responsable qui serait garde au parc et qui pourrait nous emmener voir le volcan le soir même. Je suis partante bien sûr ! Mais finalement, le plan tombe à l’eau. Le cousin aurait été pris sur le fait et suspendu. Petite déception.
Mais le lendemain, devant l’un des tours opérateurs, j’aperçois un panneau qui annonce ‘lava tour’. Je me précipite à l’intérieur pour me renseigner et le samedi soir, me voilà, avec une dizaine de personnes, à l’arrière d’un pick-up, cheveux au vent, prête à aller gravir le chemin qui mène au sommet du volcan. Un trio se forme : Julien, Anne-Laure et moi.
Je nai pas été déçue. Cette promenade nocturne était digne d’un ‘show’. Je dirais que j’ai pu assister à deux spectacles. Un qui m’a beaucoup fait rire : celui des guides qui nous demandent de ne pas parler, de ne pas allumer de lumière, de nous dépêcher, voire de courir a moitié courbés pour ne pas être vus ni entendus et dont les téléphones portables se mettent à sonner. J’ajouterais à cela le ‘gars’ de l’agence qui nous accompagne et qui a peur de rester à 10 mètres d’un guide, qui se place juste derrière Julien qui a sa lumière et nous laissant  Anne-Laure et moi derrière lui, avec un peu moins de visibilité…
Et un autre spectacle, majestueux, lorsqu’enfin arrivés aux abords du cratère le ciel devient rouge et que l’on peut observer le magma en fusion. Pas de mot pour décrire ce court, mais intense moment.
Le retour se fait par le même chemin, avec un beau souvenir en mémoire et une folle envie d’y retourner, de s’asseoir et de contempler.

Cette soirée marque la fin de mon séjour à Granada. Je suis à la fois triste de quitter la ville, mais aussi contente de reprendre la route !

2 réponses sur « GRANADA (du 27/03/2016 au 02/03/2016) – ou ‘La ciudad where all las palabras se mélangent’ »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s