LA PENINSULE D’OSA (du 15/03/2016 au 22/03/2016) – Partie 1 : Le Parc National du Corcovado

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un endroit que j’ai envie de découvrir depuis quelques années : la Péninsule d’Osa et son parc national du Corcovado. C’est même principalement pour ce parc que le Costa Rica est sur ma route (un peu pour ses volcans aussi).
Notre camp de base : Puerto Jimenez.
  • Une journée au Parc National du Corcovado – Des histoires de singes et de fourmis
Hier soir, nous avons été mis en contact avec un guide local, Nito, qui s’est déplacé jusqu’à l’hôtel après sa journée de travail. Et une fois de plus, la chance est avec nous : les entrées au parc national du Corcovado sont limitées et il avait un groupe de 3 personnes prévu pour le lendemain, mais l’une des personnes étant malade, le groupe s’est désisté. Parfait ! (enfin, désolée pour la personne malade, mais parfait pour nous) Nous récupérons les entrées et le guide.
Et nous sommes doublement chanceux, car nous apprendrons plus tard que c’est l’un des meilleurs guides du coin *.

Mais pour l’heure, il est 5h15 et nous achetons nos sandwichs pour le déjeuner. Oui oui, la boulangerie est ouverte et il y a du monde, car c’est le point de ralliement de Puerto Jimenez pour les départs au Corcovado.
A peine sur la piste, nous pouvons observer différentes sortes de perroquets, une famille de hiboux, des échassiers… et des singes.

D’ailleurs, au loin, nous voyons un groupe de dames qui observent les arbres. Nous descendons de voiture à leur hauteur et profitons d’un beau spectacle : des singes hurleurs (howler monkeys) qui passent d’arbre en arbre et font un saut assez impressionnant depuis des arbres qui se situent d’un côté de la route à la branche d’un arbre qui se situe de l’autre côté de la route. La famille est tellement grande que nous avons le temps d’en prendre plein les yeux. Quand, tout à coup, deux singes situés sur deux arbres differents sautent en même temps sur la branche située de l’autre côté de la route.
Le premier l’attrape, le deuxième la loupe. Il chute de toute la hauteur, s’aplatit sur le sol dans un gros bruit sourd après avoir frôlé une dame qui tombe, elle aussi. La dame se relève, a priori sans séquelle, mais nous sommes surtout tous inquiets pour le singe inerte qui gît sur le sol. Notre super guide le soulève un peu pour voir s’il est vivant. Et il l’est ! Sonné, mais vivant ! Après quelques longues secondes qui lui permettent de retrouver un peu ses esprits, il repart toujours abasourdi, dans les arbres, probablement à la recherche de sa famille qui ne l’a pas attendu… mais qui ne doit pas être très loin. Ouf ! Une bonne frayeur, mais tout le monde va bien. Et notre guide racontera cette histoire à chaque autre guide qu’il croisera aujourd’hui.

Nous reprenons la route et continuons de voir toutes sortes d’animaux.
En arrivant à l’entrée du parc, nous avons déjà observé les 4 espèces de singes du Costa Rica. Nous les recroiseront également dans le parc :

  • Les singes hurleurs (howler monkeys), comme déjà mentionnés,
  • Les singes araignées (spider monkeys),  dont l’un d’entre eux nous balance des mangues depuis son arbre pendant que les autres singes se regroupent pour nous observer comme nous les observons,
  • Les singes capucins, à la face blanche et aux dents acérées, qui essaient de nous impressionner en nous menaçant toute mâchoire ouverte,
  • Les singes écureuil (squirrel monkeys), plus petits et tout roux.
Nos 6 heures de marche sous une chaleur intense et humide nous permettent de compléter la liste des animaux rencontrés de :
  • 2 serpents : un ‘Tiger snake’, pour sa couleur jaune et noire, à la recherche de… on ne saura pas quoi, mais il est en chasse. Et un boa, tranquillement enroulé sur un arbre, non loin de beaux poulets qui pourraient bien lui servir de dîner,
  • Un fourmilier,
  • Des iguanes,
  • Un paresseux,
  • Et des fourmis. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais les explications du guide sont tellement intéressantes que cela vaut la peine d’être précisé. L’espèce qui attire notre attention est celle des ‘leaves cutters’, traduisez ‘coupeuses de feuilles’. Impossible de louper ces grosses fourmis présentes à beaucoup d’endroit au Costa Rica. L’oeil est automatiquement attiré par ces morceaux de feuille qui semblent bouger tous seuls le long des sentiers.
Ces morceaux sont en fait découpés par des fourmis ouvrières, puis transportés dans la fourmilière afin d’aider au développement du seul champignon dont ces fourmis se nourrissent. Les déchets,  bien qu’organiques, sont  évacués de la fourmilière par ces mêmes fourmis afin d’entretenir la fourmilière et de maintenir les champignons en bon état, car la disparition de ce champignon entraînerait la mort de la fourmilière et à plus grande échelle,  l’extinction de l’espèce.
Et lorsque la fourmilière arrive en fin de vie, de nouvelles reines sont élevées et emportent avec elles les spores du champignon lorsqu’elles partent créer leur propre fourmilière.
Par ailleurs, les fourmis soldats qui défendent la fourmilière sont impressionnantes avec leurs grosses tête et mandibules. Il paraît que leur morsure est douloureuse et qu’à une époque, les indigènes les utilisaient pour refermer les plaies ouvertes : comme des agrafes, en arrachant le corps des fourmis au moment où elle mordent. Ce n’est pas clair ? Alors aidez moi à retrouver un film que j’ai vu récemment, dans lequel ce procédé est utilisé et vous aurez une démonstration en images.

Et avant de reprendre la piste pour rentrer à Puerto Jimenez, je bois une bonne noix de coco toute fraîche. Un pur plaisir par la chaleur qu’il fait.

* Agence Surcos Tours : http://surcostours.com. Je recommande vivement ! Et je ne suis visiblement pas la seule, car ils apparaissent en premier sur TripAdvisor. Nito, le guide qui nous a accompagné, maîtrise tout, mais est plus particulièrement expert en oiseaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s