PUNAKAIKI (le 24/01/2016 et le 25/01/2016)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Jour 1 :
Je vous ai dit que je commençais à avoir besoin de faire quelque chose de mes mains ? Je ne sais plus. Mais maintenant, c’est fait.
Pas de machine à coudre, pas de réunion pour dessiner, pas de meuble à poncer… Je suis en manque.
Aujourd’hui, ce sera donc un atelier pour apprendre à faire des perles en verre.
Et en cours individuel en plus.
Après une démonstration du premier exercice,  c’est à mon tour de jouer.
Je m’asseoie sur le tabouret, devant le chalumeau qui lance une belle flamme, les coudes appuyés sur la table, une tige de métal, dont le bout est couvert d’une matière prête a accueillir le verre brûlant, dans la main gauche et une baguette de verre dans la main droite.
Je fais chauffer les 2 morceaux, le verre prend une teinte orange-rouge, commence à se liquéfier. Je le dépose avec précaution sur la tige en métal que je tourne doucement et en continu pour former la perle de verre. Avec un peu d’aide et de patience, j’arrive à former un beau cylindre.
A présent,  je dois le décorer avec des points.
Même méthode pour faire fondre le verre, mais avec une baguette plus fine. Je pose un point de verre sur ma perle. J’étire. J’attends 2 secondes à peine que le fil qui relie le point sur la perle à la baguette de verre se fige. Et je le passe sous le chalumeau pour les séparer.
Je répète l’opération plusieurs fois avant de rouler à nouveau toute ma perle doucement et en continu sous le chalumeau pour que les points se fondent dans la perle. Premier exercice terminé.
Les exercices qui suivent m’apprennent a former des lignes, à réaliser des petites spirales, des sortes de vagues… Chaque exercice demande plus de précision que le précédent, que je ne maîtrise pas vraiment.
Mais c’est un vrai plaisir. Le temps passe calmement, je suis concentrée comme je ne l’ai pas été depuis plusieurs semaines. Plus je m’excerce, plus j’arrive à gérer le flux de verre, la finesse de la ligne, la rondeur de la perle.
Je pourrais y travailler toute une journée, mais cela fait déjà 4h que je suis là et le cours prend fin.

Je ne peux pas encore voir le résultat final, car je dois laisser les perles refroidir toute la nuit. Je passe demain les récupérer.

Ce soir, j’opte pour un backpacker. Il pleut, je n’ai pas envie de planter ma tente et il faut que je fasse une grosse lessive (parce que je ne vais pas acheter tous les jours des chaussettes pour avoir une paire propre à mettre dans mes baskets).
Et je retrouve mon auto-stoppeur d’il y a quelques jours.
Une bonne soirée entre discussion, écriture et la mer en bruit de fond.

J’allais oublié de vous parler de l’attraction principale du coin : les Pancakes Rocks, dont vous pouvez voir quelques photos dans le diaporama. Une formation rocheuse qui, comme son nom l’indique, ressemble à une pile de pancakes.

Jour 2 :
Je vous ai dit que je commençais à avoir besoin de faire quelque chose de mes mains ? Mais oui ! En début de cet article.
Alors aujourd’hui, ce sera sculpture d’un pendentif en jade, pierre sacrée que l’on trouve dans le Sud-est de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. En Terre de Jade.
Je commence par choisir le motif. Pas très originale, j’opte pour celui que l’on voit à peu près partout, car le sculpteur me garantit que je peux le realiser en 4 heures.
Il se saisit d’un beau morceau de jade, de quelques millimètres d’épaisseur, dessine le motif, et découpe à la scie circulaire la partie sur laquelle le pendentif sera sculpté.
A mon tour de jouer !
A l’aide d’un disque qui tourne en continu (pas un 33 tours, mais n’étant pas spécialiste des machines, je ne pourrais pas vous donner le nom) je sculpte progressivement le contour de la forme, en prenant soin de conserver un profil bien droit.
Vient ensuite le perçage de 2 trous, à l’aide de forets. L’un servira à accrocher la cordelette du pendentif, l’autre sera la base de la spirale que je vais sculpter.
Puis, à nouveau à l’aide d’un disque (pas non plus un 45 tours), de beaucoup de patience et de dextérité, la spirale prend forme. D’un côté,  puis de l’autre, en prêtant attention à travailler au même endroit des 2 côtés.
Je peux à présent travailler sur l’aspect bombé du pendentif.
Ça a l’air facile, hein ? Eh bien, pas du tout. En tous cas, pas pour moi. A chaque étape, je me fais aider par Hamish, le sculpteur, qui rattrape les (petites) erreurs que j’ai faites, redonne une forme plus précise au motif et me fait gagner beaucoup de temps. Car le jade est une pierre très dure et je n’ose pas toujours appuyer autant qu’il le faudrait et je tâtonne pour trouver le bon angle qui permet d’arriver à la forme souhaitée. Mais ne croyez quand même pas que je le laisse tout faire. C’est mon pendentif !
Viennent ensuite les étapes de finition : le polissage en 3 étapes, le ‘massage à l’huile’ de la pierre, qui a priori adore l’huile et l’attache de la cordelette.
Et voilà, au bout de 4h30 de travail acharné, le pendentif est terminé. Il brille et respecte le motif choisi, même s’il n’est pas parfait.
Mais franchement, je ne recommence pas tout depuis le début ! En tous cas, pas tout de suite. Je sens encore les vibrations des disques dans mes doigts et j’ai envie de reposer mes épaules.  Mais demain pourquoi pas ?

PS 1 : Avec mon collier habituel, la perle montée sur une cordelette et le pendentif en jade autour du cou, il faut que je fasse attention à ne pas ressembler à Mister T.

PS 2 : Je ne vous ai pas parlé des sand flies, ces toutes petites mouches qui piquent et qui résistent si bien à nos antimoustiques. Elles me dévorent : lors du dernier décompte, datant d’hier soir, j’avais 17 piqûres sur la jambe gauche et 7 sur la jambe droite. Mais je sais que j’ai été à nouveau piquée depuis. Ce soir, je teste un produit local. On m’a garanti qu’il était spécialement prévu pour repousser les sand flies. Pourvu que ce soit vrai !

4 réponses sur « PUNAKAIKI (le 24/01/2016 et le 25/01/2016) »

    • leslieplanque

      Il est efficace, si j’en applique régulièrement. Mais il est vraiment spécial comme très ces micro mouches et uniquement à base de produits naturels (huile d’amande douce, huiles essentielles de lavande, d’eucalyptus, de Manuka, de Tea Tree et de citronnelle).
      Si j’y pense j’en rachèterai avant de partir et on essaiera. S’il n’est pas efficace, il nous hydrateraconte la peaux.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s