COROMANDEL PENINSULA (le 11/01/2016 et le 12/01/2016)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Je n’avais pas prévu de passer par là, mais sur un coup de tête et une suggestion de Ju, je prends la direction de la peninsule de Coromandel, pour aller à Hot Water Beach.
Avant d’y arriver, je traverse la forêt de la péninsule : magnifique, tropicale, du vert partout, de belles fougères arborescentes à foison. J’ai parfois l’impression d’être dans les cirques de l’île de la Réunion. J’adoooore.

Ah oui, parce qu’il faut quand même que je vous dise que normalement, quand je voyage, j’évite les comparaisons, je profite de l’endroit où je me trouve. Mais là, je n’y arrive pas. Pour le moment, je n’ai pas l’impression d’être en Nouvelle-Zélande. Je suis en Australie, en Normandie, à la Réunion, en Islande… mais pas en Nouvelle-Zélande. Les paysages que j’ai pu voir, bien que très beaux, ne sont pas ceux que j’avais imaginés et je croise beaucoup plus de vaches que de moutons…

J’en reviens aux miens (de moutons).
Quand j’arrive à Hot Water Beach, la marée est haute. Dommage.
Dommage parce que pour en profiter, il faut que la marée soit en train de se retirer ou pas encore totalement haute.
Hot Water Beach, c’est un phénomène géothermique. Une partie de plage bien spécifique, sur laquelle, ou plutôt sous laquelle, l’eau est chaude, très chaude, voire trop chaude (pouvant aller jusqu’à 70 degrés à certains endroits). Il suffit de se creuser une petite piscine dans le sable, au bon endroit et hop ! On plonge dans un bain chaud.
Les prochains créneaux, compte tenu des marées : de 1h10 à 5h10, puis de 13h50 à 17h50. J’ai bien pensé à y aller pendant la nuit, mais seule, ce n’est pas marrant.

Au réveil,  je pars vers Cathédrale Cove, pour une belle promenade entre forêt et  plages.
Puis retour à Hot Water Beach. Une foule de gens qui creusent des trous dans le sable est déjà présente sur la plage. Moi qui espérais me faire prêter une pelle, plutôt que d’en louer une, impossible. Tout le monde creuse son trou , le fortifie pour que l’eau ne s’échappe pas. Comme la marée est encore assez haute,  des vagues viennent détruire leur travail.
Pour ma part, j’observe, puis je passe de piscine en piscine, eau chaude, eau froide, eau très chaude… même le sable est brûlant, alors que la pluie se met à tomber. Je pars m’abriter devant un bon chocolat chaud avant de prendre la route.
J’aurais trempé les pieds à Hot Water Beach.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s